Activités associatives et économiques

Faire association…

En ces temps où il serait si facile de céder au repli individuel ou communautaire, la vitalité et la diversité des associations chalonnaises fait du bien. Nous croyons que faire association c’est regrouper des compétences et des énergies pour développer des projets d’abord au service des autres. En somme une association garantit l’action collective de manière organisée.

Une municipalité se doit d’aider, d’accompagner les associations, œuvrant sur son territoire au service de la population. Celles-ci effectuent au quotidien – et en toute indépendance – un travail indispensable dans les domaines du sport, de la culture, de l’action sociale, sociétale, environnementale et dans bien d’autres domaines encore.

En plus du lien social, le milieu associatif est générateur d’emplois, porteur d’innovations quand il ne remplace pas purement et simplement des services de l’État ou de collectivités territoriales… Cette dimension économique est d’ailleurs très importante pour nous. À Chalon des centaines de professionnels diplômés travaillent pour le milieu associatif.

Les associations sont donc essentielles à la bonne marche de notre ville. Année après année, le maire actuel de Chalon encense les associations et leur rôle pour la collectivité, et sur ce point il a raison.
Mais comment, dans ces conditions, ne pas s’étonner de la baisse de 25 % des subventions aux associations dès 2014 (soit à ce jour plus de 2 millions d’euros «économisés »). Curieusement, cette mesure ne figurait pas dans le programme du candidat Gilles Platret.
Comment ne pas s’offusquer du récent dispositif « coup de pouce » d’un total de 90 000 euros consentis aux associations pour 2019.
C’est une démarche au mieux électoraliste, au pire méprisante pour tous les responsables associatifs.

Nous pensons qu’il faut considérer les associations et les responsables associatifs, les bénévoles et les professionnels des associations.

Accompagner l’activité économique

L’économie est différente de la finance. S’intéresser à l’économie dans une ville, ce n’est pas simplement signer des chèques. La vraie économie, c’est aussi l’économie de proximité, la production de richesses toutes catégories confondues, le partage etc.

La ville n’a pas a se substituer au secteur privé dans l’économie marchande dans laquelle nous sommes. En somme, pour être clair, pour changer de système économique, il vaut mieux changer de président de la République que de maire.
La mairie peut encourager, favoriser, accompagner les projets mais la marge de manœuvre contrairement aux deux premiers thèmes de la soirée est limitée, voire très limitée. C’est important de le dire, de ne pas raconter n’importe quoi.