Lutter contre l’abstention !

Concernant la pratique démocratique, nous constatons, au niveau national un effet ciseau :
– une infime partie (quelques pour cent) des citoyens-électeurs souhaitent être davantage consultés et associés aux décisions qui les concernent. Et ces citoyens-électeurs doivent obtenir satisfaction.

Concernant la pratique démocratique au niveau national, nous faisons un double constat :
– une infime partie (quelques pour cent) des citoyens-électeurs souhaitent être davantage consultés et associés aux décisions qui les concernent. Et ces citoyens-électeurs doivent obtenir satisfaction.
– et en même temps plus de 50 % des inscrits refusent pour des raisons diverses d’être des citoyens-électeurs… Et ces citoyens-non-électeurs doivent aussi pouvoir être entendus, même s’il est toujours plus difficile d’entendre ceux qui ne s’expriment pas.

Pour redonner aux électeurs le goût de la participation, nous proposons quelques principes assez simples de “bonne gouvernance”. Cette dernière doit reposer sur le respect des engagements pris : dire ce que l’on va faire et faire ce que l’on a dit.

L’enjeu est donc de trouver les moyens pour associer les citoyens dans le processus décisionnel avant, pendant et aussi après les élections… c’est à dire avant les élections suivantes.

Une démocratie délibérative ?