Les critères des subventions et l’aide aux associations

Il faut continuer à aider les associations : les aider financièrement, les aider matériellement, les aider logistiquement. C’est un juste retour des choses par rapport aux services qu’elles rendent à la municipalité. C’est indispensable dans leur fonctionnement. Il faut respecter le sérieux du budget des associations, la tenue de leur compte, la pérennité des emplois.

La gratuité des salles mise en place par M. Platret en contrepartie de la baisse généralisée des subventions municipales ? Il s’agit d’une intox car la gratuité des salles est inscrite dans la loi.

Aider les associations financièrement, ce n’est pas du copinage, de l’arrangement en fonction de priorités obscures. Il faut de la transparence dans les comptes publics et l’aide aux associations doit être transparente, a priori. Il faut des critères, à discuter avec l’ensemble des responsables associatifs volontaires.
A l’USMC (union des sociétés musicales de Chalon, 1000 adhérents) par exemple, la gestion des subventions est transparente et discutée entre les différentes associations membres.
Nous avons bien évidemment des idées pour ces critères : ouverture de l’association sur l’extérieur, respect de l’objet de l’association, participation à l’animation de la ville, sérieux des finances, part d’autofinancement etc.

Nous aiderons à la mise en place de DLA (dispositif local d’accompagnement) pour aider les associations à mieux gérer leur fonctionnement. Il faut des dispositifs de formation lourds parce que le milieu associatif c’est du sérieux, de l’expérience voire de l’expertise, du professionnalisme et il faut accompagner les associations en ce sens.

Chaque association est unique, son fonctionnement aussi, son budget également aussi : recettes dépenses sont conditionnées par rapport à l’objet de l’association.
Ainsi, le planning familial est indispensable dans notre ville mais quelles recettes peut espérer cette association sinon des subventions publiques ?

La mairie se doit d’accompagner en connaissance l’ensemble des associations qui en font la demande à hauteur des besoins de chacune et de ses possibilités. Les clubs sportifs obéissent à un fonctionnement particulier tout comme les associations culturelles ou les associations d’aide aux personnes. Chacune doit pouvoir s’exprimer et obtenir auprès des services municipaux une juste et équitable aide.